Depuis 2001, l’Association Le Gai Rire dispose d’une équipe de clowns professionnels afin de proposer, de manière régulière, des interventions artistiques et poétiques auprès des enfants hospitalisés à l’hôpital nord de Marseille et ce, dans différents services de pédiatrie (chirurgie, réanimation, consultations et urgences).

L’objectif premier de l’association est de transformer "un temps" soit peu l’univers angoissant de l’hôpital en dédramatisant l’atmosphère grâce au jeu, au rire, à la relation poétique et vivante qui se crée entre les clowns et les enfants, mais également avec leur famille et le personnel soignant. Cependant, si nous intervenons essentiellement auprès des enfants hospitalisés, il nous arrive de répondre à des sollicitations en maison de retraite et en EPAHD.

Ces nouvelles prestations auprès de ce public se sont avérées très riches de sens et nous ont rappelé que, si l’hôpital est anxiogène pour les enfants, le placement l’est aussi pour les adultes.

Le clown est un personnage naïf et spontané qui a l’art de décaler la réalité afin d’en faire émerger la poésie et les émotions et nous rappelle alors que nous sommes vivants.

Le clown représente notre part d’humanité à tous, dans ses zones d’ombre et ses zones de lumière, c’est pour cela qu’il peut autant nous faire rire que pleurer.

Personnage fragile et éphémère, le clown se construit dans l’interaction au monde, à l’environnement, à l’autre, à lui-même et toujours totalement au présent.

D’une grande sensibilité, d’une grande réactivité, le clown est vulnérable, il nait de l’étoffe de chaque comédien qui crée son propre personnage en fonction de son histoire, son vécu et va puiser des ressources au plus profond de son être.

Loin des clichés qui voudraient le réduire à un amuseur de galerie, le clown est avant tout un artiste, son instrument principal est son corps.

Tout à tour comédien, musicien, chanteur, metteur en scène, il maîtrise ainsi les techniques de jeu propres à l’improvisation et plusieurs disciplines artistiques (musique, chant, danse, mime, théâtre, théâtre d’objets, marionnettes, magie ou jonglage).

Les clowns interviennent toujours en duo, permettant plus de propositions dans le jeu indirect, où le patient ne se sentira pas obligé d’entrer en relation directe avec eux, lui laissant le choix de participer ou pas.

Dans le moment présent, l’intérêt du binôme est de développer les possibilités de proposition artistique la plus adaptée à la personne.

La recherche professionnelle et les réflexions autour des interventions en seront doublement plus riches. La confrontation des ressentis des deux comédiens favorisera l’optimisation et la pertinence de la justesse du jeu dans les interventions.

L’art du clown va bien au-delà de ce qu’on pense. Il n’est ni tragique, ni comique ; Il est le miroir comique de la tragédie et le miroir tragique de la comédie - André Suarès -